Charles BAUDELAIRE et la planète naine ÉRIS

2017 04 09 • ÉRIS dans les thèmes

( Pour lire les articles, cliquer sur les liens bleus ↓ )

Charles BAUDELAIRE et ÉRIS

(9 avril 1821 – 31 août 1867)

ÉRIS, sans doute maître en Balance, est symbole du choix, tel celui de Pâris. Elle est la porte qui désigne un passage. Celui d’un état à un autre. De l’enfance à l’adolescence, puis à celui de l’âge adulte, ensuite à la vieillesse, et enfin à la mort (Scorpion, signe suivant la Balance). De l’inconscience à la prise de conscience. 

Carmela Di Martine
9 avril 2017

***
*****

Aparté: L’astéroïde (18611) Baudelaire

à travers l’œuvre de Baudelaire

L’astéroïde (18611) Baudelaire natal de celui-ci se situe à 21° 16’ Taureau (le beau, le charnel, la vie), maison IX (l’exotisme) :

. Sextile Lune (la femme ; les rêves) 22° 06’ Cancer (mémoire, souvenir) m XI :
« Mère des souvenirs, maîtresse des maîtresses, … »
‘Le Balcon’ dans Les Fleurs du mal.
et
« Un éclair… puis la nuit ! — Fugitive beauté
Dont le regard m’a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l’éternité ? »
‘À une Passante’, publié dans la revue L’Artiste en 1855, puis recueilli dans la deuxième édition des Fleurs du mal (1861).

Aspects avec les principales planètes mineures :

. Conjonction (2212)  Hephaistos (Vulcain chez les Romains ; dieu forgeron ; transformer la douleur en beauté) 22° 45’ Taureau :
« Vulcain, le dieu du feu, chasse devant lui la nuit et les vapeurs impures », L’Art romantique.

. Sextile ‘exact’ (2878) Panacea (déesse de la Santé universelle, de la guérison par les plantes) 21° 26’ – Sedna (déesse inuite de la faune et flore marine ; lâcher-prise ; naufrage) 21° 58’ Poissons (l’imagination, les illusions, les drogues). 
« Ce seigneur visible de la nature visible (je parle de l’homme) a donc voulu créer le Paradis par la pharmacie, par les boissons fermentées, semblable à un maniaque qui remplacerait des meubles solides et des jardins véritables par des décors peints sur toile et montés sur châssis. »
‘Le Poème du haschisch’, Les Paradis artificiels.
et
« Pendant que le parfum des verts tamariniers,
Qui circule dans l’air et m’enfle la narine,
Se mêle dans mon âme au chant des mariniers. »
‘Parfum exotique’, « Spleen et Idéal » dans Les Fleurs du mal.

. Opposition (399) Perséphone (Proserpine chez les romains ; reine des Enfers) 21° 19’ Scorpion (la mort), m III :
« Hélas ! et je ne puis, Mégère libertine,
Pour briser ton courage et te mettre aux abois,
Dans l’enfer de ton lit devenir Proserpine ! »
‘Sed non satiata’, Les Fleurs du mal.
Ainsi que ‘Remords posthume’, ‘Le Léthé’, dans Les Fleurs du mal.

. Carré (341520) Mors-Somnus (Mort, Sommeil) 22° 0′ Lion, m XII.
« Je veux dormir ! dormir plutôt que vivre !
Dans un sommeil aussi doux que la mort. »
‘Le Léthé’
et
« . . . que dans la fosse même
Le sommeil promis n’est pas sûr ; »
‘Le Squelette laboureur’, section « Tableaux parisiens » des Fleurs du mal.

. Quinconce (38083) Rhadamanthus (juge des Enfers grecs) 21° 45′ Sagittaire, m IV.
‘Don Juan aux enfers’, quinzième poème de « Spleen et Idéal » dans Les Fleurs du mal, racontant la descente aux Enfers grecs, donc avant le jugement de Rhadamanthe (personnifié par statue du Commandeur dans la comédie de Molière, Dom Juan ou le Festin de Pierre).

Chez Baudelaire, la vie et la mort ne sont pas séparées par quelque cloison étanche, elles communiquent et s’impliquent réciproquement.

Carmela Di Martine
09 avril 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.