3. Notre Univers

Voie lactée - 640px-Guisard_-_Milky_Way

Pas d’astrologie sans astronomie.
Re-situons-nous de ce fait d’abord dans l’Univers.

Carmela :

Les primordiales

• Le Soleil

Le Soleil 600px-Solar_prominence_from_STEREO_spacecraft_September_29,_2008est un des principaux facteurs à l’origine de la vie sur notre planète. Il est incontestable déjà qu’il est le premier des astres dont nous subissons directement l’influence. Il impose littéralement ses lois à toute la nature. Son énergie est vitale à tous, animaux, végétaux, minéraux.
Depuis la nuit des temps, les humains ont dû guetter fébrilement les premières lueurs du jour. Il semble d’autre part que les hommes du Néolithique aient orienté l’entrée de leurs monuments mégalithiques plus particulièrement vers la lumière renaissante du solstice d’hiver.
Les Égyptiens en avaient fait leur dieu créateur, Râ…. Jusqu’au « Roi-Soleil » qui prit le pouvoir en monarque absolu de droit divin, avec le cérémonial de son lever et de son coucher, tout à l’image de l’astre.
Suivant la rotation de la Terre autour du Soleil, la graine semée au moment des jours les plus courts, symbolisée par l’Enfant dans la grotte à Noël, solstice d’hiver, va évoluer avec la lumière. Elle va ensuite germer à l’équinoxe du printemps, la graine est sacrifiée, c’est Pâques, mais c’est aussi l’Annonciation, une nouvelle plante est conçue de façon donc toute virginale. Similairement à la plante d’origine, comme ressuscitée, elle va croître jusqu’à l’Ascension. Inondée de lumière à la Pentecôte, elle atteint sa maturité de plante vers la saint Jean-Baptiste, au solstice d’été, pour commencer à procréer d’autres graines, avant d’avoir la tête coupée. Elle arrive ensuite au terme de sa vie, est prélevée encore fraîche, c’est l’Assomption, ce sont les moissons. Les nouveaux grains sont récoltés, c’est le mois du signe de la Vierge, des graines vierges, jusqu’à l’équinoxe d’automne. La plante mère est morte, les grains engrangés entrent en « dormition », c’est la Toussaint.
On remarquera en aparté que les fêtes chrétiennes ne sont que les réutilisations d’anciennes fêtes païennes, liées à l’observation de la terre et du ciel.
Suivant la rotation de la Terre sur elle-même, quotidiennement les humains marchent tout autant au rythme des « apparitions » et « disparitions » du Soleil. Nous dormons la nuit en son absence, nous sommes actifs le jour en sa présence. Tout comme lui, nous nous levons le matin, notre énergie monte jusqu’à midi, puis décline le soir, et nous nous couchons la nuit.
On a constaté les nombreux troubles biologiques et psychologiques que finissent par connaître les personnes qui restent éveillées la nuit pendant de longues périodes.
Le rayonnement solaire est aussi responsable des climats. Nous savons maintenant que les taches solaires ont des répercussions terrestres.
Le vent solaire provoque les aurores polaires. Les rafales de vent solaire particulièrement énergétiques provoquées par des éruptions solaires, peuvent soumettre les sondes spatiales et les satellites à de grandes doses de radiations. Ce qui va perturber fortement la transmission des signaux électromagnétiques comme ceux de la radio et de la télévision. Elles peuvent générer sur Terre des courants continus sur les lignes à haute tension de grandes longueurs, ce qui provoque des surchauffes dans les transformateurs des postes électriques. Par exemple, en 1989 au Canada, six millions de personnes desservies par Hydro-Québec se sont retrouvées sans électricité à cause d’un orage magnétique. Elles peuvent également provoquer des courants induits dans les pipelines ce qui accélère leur corrosion.
(Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vent_solaire#Effets )
Nous dépendons complètement du Soleil. Qu’il disparaisse, nous disparaîtrons avec lui.

• La Lune

600px-Moon_PIA00302Quant à la Lune, d’après Strabon (géographe et historien grec de l’actuelle Turquie, 64 av. J.-C. – 21/25 ap. J.-C.), Séleucos de Séleucie (astronome, géographe et philosophe chaldéen, né en 190 av. J.-C.), précurseur d’un modèle héliocentrique, serait le premier à avoir expliqué les marées par l’action mécanique de la Lune, et à avoir relié l’intensité des marées à la position relative de celle-ci par rapport au Soleil.
(http://fr.wikipedia.org/wiki/Astronomie_babylonienne)
Beaucoup plus tard, en 1798, Jean-Baptiste Lamarck annonçait après vingt-deux années d’observations, le principe « De l’influence de la Lune sur l’atmosphère terrestre » dans Journal de Physique, de Chimie et d’Histoire Naturelle et des Arts.
Les scientifiques ont depuis confirmé son influence gravitationnelle sur la Terre qui a une incidence sur les marées et sans doute par suite sur les vents. Certains pensent que la Lune stabilise la Terre dans son mouvement comme si elle était un contrepoids. Quelques-uns d’entre eux supposent également qu’elle peut modifier légèrement le comportement des volcans en activité.
Dernières thèses encore à certifier, tout comme l’influence de notre satellite sur l’agriculture.
Il paraîtrait assez cohérent cependant que la pleine lune ait un effet sur la croissance des végétaux grâce à la réflexion des rayons du Soleil. Le calendrier lunaire a servi longtemps à la visibilité de nuit pour les travaux ruraux, ainsi que pour la chasse (Diane chasseresse). Beaucoup de personnes se plaignent d’insomnie également en ces nuits-là. Le cycle de la femme est d’ordinaire de vingt-huit jours comme celui de la Lune ; le fait que beaucoup d’entre elles ne suivent pas forcément ce rythme, doit dépendre essentiellement de la position en signe et en maison ainsi que des aspects de cette planète dans le thème natal. Les naissances seraient aussi plus nombreuses lors de cette phase lunaire, mais maintenant quantité d’accouchements sont provoqués, les statistiques sont donc difficiles à établir.

Le Système solaire

Système Solaire 1(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

– Une étoile : le Soleil ;
– 8 planètes : Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune ;
– Au moins 5 planètes naines : Cérès dans la Ceinture principale ; Pluton, Hauméa, Make-Make et Éris dans la Ceinture de Kuiper ;
– Plus de 171 satellites naturels, dont la Lune pour la Terre ;
– Environ 3000 comètes et des millions d’astéroïdes recensés à ce jour.
Voilà la composition de notre système solaire, « proche voisinage » de notre planète bleue en mesure astronomique bien sûr.

Distance_moyenne_des_objets_céléstes_par_rapport_au_soleil_en_UA 1.pdf(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le Système solaire est lui-même situé dans une galaxie, la Voie lactée.
Il se trouve dans l’un des bras externes de celle-ci, le Bras d’Orion, entre 25 000 et 28 000 années-lumière du centre galactique (1 année lumière = 10 000 milliards de kilomètres). Il y évolue à environ 220 km/s et effectue une révolution entre 225 à 250 millions d’années, une année galactique.

Voie-Lactée-localisation(Cliquer sur les images pour les agrandir)

Milky_Way_Spiral_Arm_french.svg

La Voie lactée

C’est une galaxie spirale ayant la forme d’un disque de 100 000 années lumière de diamètre comportant un bulbe central. Elle contient, selon les relevés du télescope spatial Kepler, entre 200 et 400 milliards d’étoiles dont notre Soleil.
Les scientifiques estiment qu’elle a dû se constituer il y a 13,2 milliards d’années, approximativement comme l’Univers.
L’ensemble de notre galaxie est en rotation autour de son centre de masse, le centre galactique.
La Voie lactée appartient à un groupe de galaxies appelé Groupe local qui contient également la galaxie d’Andromède, quelques objets intermédiaires et plus de 25 galaxies naines. Notre Voie lactée est loin d’être seule et unique !

Univers - 1200px-Universe_Reference_Map_(Location)_001(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Amas et superamas de galaxies

Le Groupe local, quant à lui, fait partie d’une structure plus vaste, un amas de galaxies appelé amas de la Vierge. Cet amas est lui-même au centre d’une structure plus large, un superamas, appelé pour cette raison superamas de la Vierge, ou superamas Local, de façon à limiter les risques de confusion entre amas et superamas de la Vierge.
Il existe environ 100 milliards de galaxies dans l’Univers. Ce dernier aurait émergé suite au fameux Big Bang, il y a environ 13,82 milliards d’années. Selon le modèle standard du moment, il se composerait de 5% de matière, 25% de matière noire et 70% d’énergie noire. Selon le modèle alternatif soutenu entre autres par Gabriel Chardin (physicien français) et Stephen Hawking (physicien théoricien et cosmologiste britannique) , la quantité de matière serait 15 fois plus abondante.

Poussières d’étoiles

S’il n’est d’« horloger », il est certain que dépendants ainsi du Soleil nous faisons partie du mécanisme de l’horloge qu’est en premier lieu déjà le système solaire, lui-même entraîné par la Voie Lactée, elle-même perdue au milieu d’un nombre infini de galaxies, elles-mêmes organisées en amas et superamas de galaxies. Assujettis à notre « planète bleue », nous sommes par conséquent intégrés dans ce Tout. Et, particules infinitésimales imbriquées, entraînées dans et par celui-ci, nous ne pouvons à l’évidence qu’en subir physiologiquement et tout à fait inconsciemment les lois.
Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, et Pluton (ou plutôt « l’amas plutonien », voir l’article sur les planètes) comme notre Terre, orbitent autour du Soleil, grand chef d’orchestre les tenant chacune à distance, à l’année, au jour, à la minute et même à la seconde près qui peuvent être tablées dans les éphémérides du passé au futur les plus lointains. Ces plus « proches » voisines donc doivent avoir inévitablement en primeur un impact aussi sur nous. Telle l’attraction terrestre qui nous retient au sol de façon toute naturelle, nous devons être pénétrés ne serait-ce que par la force de gravitation puissante de celles-ci autour du Soleil. Il doit même y avoir chocs et entrechocs de leurs champs qui nous « magnétisent ». Tout cela est à la fois tellement en nous que ce n’est pas mesurable, ni même palpable. C’est similaire à cette énergie phénoménale qui fait se développer toute graine, tout embryon, croître tout être, végétal ou animal, sur Terre. On sait le « comment », mais on ignore encore le « pourquoi ».
Quelle est cette force justement qui pousse l’homme à chercher à comprendre, à aller plus loin, toujours plus loin ?

FOETUS_detail-04

Fœtus humain de 2 mois

Sortie Homme Espace white

—————————————–

Edward White, première sortie dans l’espace Mission Gemini 4, Septembre 1965

J’étudie des cartes de ciel natal depuis une bonne trentaine d’années. Il arrive un moment où les « coïncidences » se multipliant, leur nombre conduit à penser qu’elles ne peuvent plus être toujours les simples faits du hasard. Il m’est arrivé des confirmations trop surprenantes à la suite d’études de thèmes et, nec plus ultra, très souvent de personnes que je ne connaissais pas, dont je ne savais absolument rien. Il m’est donc impossible de nier l’astrologie. Une relation existe sûrement entre les rondes planétaires et les situations dans lesquelles nous nous trouvons. Mais nous n’en détenons pas toutes les clés, ni toutes les explications.
Je pense qu’un jour des savants se pencheront sur ces « coïncidences » astrales et en approfondiront l’étude. J’espère du moins que l’on finira par prendre réellement conscience que « poussières d’étoiles » (selon la belle expression de l’astrophysicien Hubert Reeves), nous sommes embarqués dans ce fabuleux vaisseau qu’est l’Univers, et qu’il nous traverse à la fois de part en part à chaque instant, telles toutes les ondes.
Nous sommes tous capteurs sans le savoir. Il suffit déjà d’observer, d’écouter, de ressentir la nature, les autres, l’autre. De toute façon, récepteurs d’autant plus sensibles, si l’on se donne la peine de lever un peu la tête vers les astres, pour tenter d’en traduire les aspects.
À l’inverse, nous sommes aussi sans nul doute émetteurs, ou plutôt transmetteurs. Et certainement, plus on reçoit en connaissance de cause, plus on émet, transmet de façon lucide…
Bref, l’influence du Soleil est indéniable, celle de la Lune ne peut être écartée. Les planètes de notre Système solaire intimement liées à notre étoile, par enchaînement logique, ne peuvent que propager des forces telles celles d’une fronde, ou des ondes telles celles des ronds dans l’eau.
Si les cartes divinatoires, les runes, … ne sont que purs hasards, où seul l’intuition de l’interprète entre en … « jeu », pour l’astrologie la base est donc totalement scientifique.
Encore faudrait-il, certes, définir la notion de « hasard ». Karl Gustave Jung (1875-1961) y a inclus le concept de synchronicité. Astrophysique et physique quantique tendent de plus en plus vers un « hasard programmé » qui a donc un but bien défini, mais dont les moyens importent bien peu. Seul le résultat, la fin comptent.
Les planètes ont leur rythme bien déterminé qui influe forcément, comme par ricochets, les unes sur les autres, et par suite sur la Terre et tous ses habitants. Chacun de nous a dès sa naissance une destinée, mais non une pré-destinée. Rien n’est écrit totalement en détail, mais nous avons tous en nous un plan avec un but astral. Comme le plan d’un cours qui sert d’aide-mémoire à la leçon intégrale et approfondie. Comme un plan de maison qu’il faudra ensuite aménager selon tous ses besoins, décorer selon ses goûts personnels,… Les astres nous guident pour prendre conscience, pour prendre en main tous les moyens dont nous disposons souvent inconsciemment, et arriver ainsi au mieux à nos fins, et plus paisiblement à notre fin. Celle d’un être « responsable » et « fier », pour parodier l’expression de Saint-Exupéry (1900-1944) dans Terre des hommes, qui « en posant sa pierre a contribué à bâtir le monde ».

Carmela Di Martine
Septembre 2014

Le petit Prince image017

 

Sources images :

Une portion de la Voie Lactée vue depuis l’observatoire du Cerro Paranal : « Guisard – Milky Way » par ESO/S. Guisard (www.eso.org/~sguisard) — http://www.eso.org/public/images/eso0934a/ (direct link)0.3 Gigapixel mosaic of the same region. Sous licence CC BY 4.0 via Wikimedia Commons – http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Guisard_-_Milky_Way.jpg#mediaviewer/File:Guisard_-_Milky_Way.jpg

  1. Soleil : « Solar prominence from STEREO spacecraft September 29, 2008 » par NASA — NASA website;description,http://www.nasa.gov/multimedia/imagegallery/image_feature_1197.html] high resolution image.[1]. Sous licence Public domain via Wikimedia Commons – http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Solar_prominence_from_STEREO_spacecraft_September_29,_2008.jpg#mediaviewer/Fichier:Solar_prominence_from_STEREO_spacecraft_September_29,_2008.jpg
  2. Lune: « Moon PIA00302 ». Sous licence Public domain via Wikimedia Commons – http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Moon_PIA00302.jjpg#mediaviewer/Fichier:Moon_PIA00302.jjpg
  3. Système solaire d’après : http://www.le-systeme-solaire.net/
  4. D’après : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Distance_moyenne_des_objets_c%C3%A9l%C3%A9stes_par_rapport_au_soleil_en_UA.pdf
  5. Voie Lactée : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Voie-Lact%C3%A9e-localisation.jpg
    Création artistique représentant la Voie Lactée, telle que connue en 2011, avec une légende en français et la position du Soleil. Le rendu se veut plus réaliste, et moins synthétique que l’illustration de la Nasa (Milky Way 2010.jpg). L’image a été crée à partir de plusieurs sources : Hubble2005-01-barred-spiral-galaxy-NGC1300.jpg, M101 hires STScI-PRC2006-10a.jpg, Milky Way 2010.jpg.
  6. Schéma Voie Lactée : « Milky Way Spiral Arm french » par Dragons flight & Surachit (english version), stanlekub (french translation). — Derivative work: french translation by stanlekub of the original English version by Surachit, herself adapted from en:Image:Milky Way Spiral Arms.png by Dragons flight.. Sous licence Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 via Wikimedia Commons – http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Milky_Way_Spiral_Arm_french.svg#mediaviewer/Fichier:Milky_Way_Spiral_Arm_french.svg
  7. Univers : « Universe Reference Map (Location) 001 » par Andrew Z. Colvin — Travail personnel. Sous licence Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 via Wikimedia Commons – http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Universe_Reference_Map_(Location)_001.jpeg#mediaviewer/Fichier:Universe_Reference_Map_(Location)_001.jpeg
  8. http://bientot.bebe.free.fr/AA_IMG/FOETUS_detail-04.jpg
  9. http://www.astrosurf.com/apollo25/gif/white.gif
    (Photo NASA S65-30428)
  10. http://www.ebooksgratuits.com/html/st_exupery_le_petit_prince.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *