Charles BAUDELAIRE et la planète naine ÉRIS

2017 04 09 • ÉRIS dans les thèmes

Charles BAUDELAIRE (9 avril 1821 – 31 août 1867)

*

*

*

*

*

*

ÉRIS, sans doute maître en Balance, est symbole du choix, tel celui de Pâris. Elle est la porte qui désigne un passage. D’un état à un autre. De l’enfance à l’adolescence, puis à celui de l’âge adulte, ensuite à la vieillesse, et enfin à la mort (Scorpion). De l’inconscience à la conscience.

*

DOMINANTES ZODIACALES

Signe natal : Bélier maison VIII du Scorpion, mort et renaissance.

Ascendant Vierge, le travail méthodique.

*

ÉRIS 16° 03’ VERSEAU maison VI de la Vierge, signe de l’Ascendant

Le Peintre de la vie moderne, le titre de recueil écrit en 1863, illustre bien cette position d’Éris dans le thème natal de Baudelaire.

« Dante d’une époque déchue » selon le mot de Barbey d’Aurevilly (1808-1889, surnommé le « Connétable des lettres »), « tourné vers le classicisme, nourri de romantisme », à la croisée entre le Parnasse et le symbolisme, chantre de la « modernité ». Il aura façonné sa vie durant : Les Fleurs du mal. Baudelaire détache la poésie de la morale.

Critique d’art et journaliste, il défend Delacroix comme représentant du romantisme en peinture, mais aussi Balzac lorsque l’auteur de La Comédie humaine est attaqué et caricaturé pour sa passion des chiffres ou sa perversité présumée.

En 1843 (Éris transit 28°45’ Verseau, vers les 22 mars et 1er août 1843, en semi-sextile exact à Pluton natal 28° 45’ Poissons), il découvre les « paradis artificiels » dans le grenier de l’appartement familial de son ami Louis Ménard (1822-1901, écrivain poète), où il goûte à la confiture verte. Même s’il contracte une colique à cette occasion, cette expérience semble décupler sa créativité

En 1848 ((Éris transit 0°16’ Poissons, vers les 15 janvier 1848, en semi-sextile exact à Mars natal 0° 16’ Bélier), il participe aux barricades (fin février). La Révolution de février instituant la liberté de la presse, Baudelaire fonde l’éphémère gazette Le Salut Public (d’obédience résolument républicaine), qui ne va pas au-delà du deuxième numéro. Le 15 juillet 1848 paraît, dans La Liberté de penser, un texte d’Edgar Allan Poe traduit par Baudelaire : Révélation magnétique.

Moins de deux mois (1857) après leur parution, Les Fleurs du mal sont poursuivies pour « offense à la morale religieuse » et « outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs ».

Sa conception de la poésie annonce celle de presque tous les poètes qui vont suivre.

ÉRIS sextile à la conjonction Saturne 16° 53’ – Soleil 19° 25’ Bélier maison VIII :

Saturne étant maître du Capricorne en pointe de maison V, les créations. Le Soleil, maître du Lion en maison XII, les chagrins, l’isolement, la mélancolie.

Les artistes à travers les âges (Les Phares). Le mal (Saturne) et la beauté (Soleil).

Dans plusieurs poèmes de son recueil Les Fleurs du mal, le spleen (Saturne) baudelairien exprime une profonde tristesse née du mal de vivre. Il exprime un état d’asthénie morale qu’expliquent : l’angoisse du temps qui passe, la solitude, la nostalgie, le sentiment d’impuissance, la culpabilité, l’ennui.

Ce profond mal de vivre peut toucher au désespoir. Éris par cet aspect attise cet état, ce mal-être quotidien (maison VI).

D’humeur dépressive, l’auteur des Fleurs du mal effectue plusieurs tentatives de suicide. Son état psychique l’inspire artistiquement. Il s’y complaît même, non sans masochisme. Mais son spleen (Saturne) l’incite à rechercher l’idéal (Soleil), auquel il accède parfois grâce à de secrètes correspondances (Éris Verseau VI sextile Saturne Bélier VIII). C’est un spleen créateur.

La section initiale des Fleurs du mal s’appelle Spleen et Idéal. Elle inclut quatre poèmes célèbres, regroupés sous le titre Spleen, qui expriment une tristesse morbide liée à :

. l’accablement causé par l’hiver glacial, humide et mortifère (I – Pluviôse, irrité contre la ville entière) ;

. la pesanteur du souvenir et la vacuité de l’existence (II – J’ai plus de souvenirs que si j’avais mille ans) ;

. un mal-être intense, où l’instinct de mort s’installe (III – Je suis comme le roi d’un pays pluvieux) puis triomphe (IV – Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle).

Il écrit ainsi, en introduction à trois de ses poèmes dans le Salon de 1846 : « La première affaire d’un artiste est de substituer l’homme à la nature et de protester contre elle. Cette protestation ne se fait pas de parti pris, froidement, comme un code ou une rhétorique, elle est emportée et naïve, comme le vice, comme la passion, comme l’appétit. » Et il ajoute, dans le Salon de 1859 : « L’artiste, le vrai artiste, le vrai poète, ne doit peindre que selon ce qu’il voit et ce qu’il sent. Il doit être réellement fidèle à sa propre nature. ». Baudelaire énonce ainsi les principes de la sensibilité moderne : « Le beau est toujours bizarre. Je ne veux pas dire qu’il soit volontairement, froidement bizarre, car dans ce cas il serait un monstre sorti des rails de la vie. Je dis qu’il contient toujours un peu de bizarrerie, de bizarrerie non voulue, inconsciente, et que c’est cette bizarrerie qui le fait être particulièrement le Beau. ».

« Le beau est toujours bizarre », sceau du sextile Éris Verseau – Soleil Bélier.

Selon Baudelaire, si la joie peut jaillir de la Beauté, elle n’en constitue le plus souvent qu’un des ornements les plus vulgaires « tandis que la Mélancolie en est pour ainsi dire l’illustre compagne ». Ce qui illustre bien ce sextile Éris avec la conjonction Saturne-Soleil.

Il semble que la planète naine par ces aspects tend le poète à chercher un équilibre entre le mal et la beauté. Il trouve enfin le juste milieu avec la mélancolie.

*

Le signe de la BALANCE maîtrisé par Éris se trouve en maison II :

La sensualité déséquilibrée. Le bonheur fugitif. La joie éphémère.

Poursuivi après la parution de son recueil Les Fleurs du mal, Baudelaire est condamné à une forte amende de trois cents francs, réduite à cinquante par suite d’une intervention de l’impératrice Eugénie (Éris, déesse de la croisée des chemins).

*

La MAISON VII dominé par Éris, est habitée par le signe des Poissons

L’imaginaire, les pays lointains. L’envie d’ailleurs (L’Invitation au voyage) à travers l’exotisme. La poésie.

Les Paradis artificiels, titre d’un essai de Baudelaire paru en 1860, relation entre les drogues et la création poétique, illustre bien ici la maison VII d’Éris en Poissons :

« Le bon sens nous dit que les choses de la terre n’existent que bien peu, et que la vraie réalité n’est que dans les rêves. »

« Les vices de l’Homme sont la preuve de son goût pour l’infini. Seulement, c’est un goût qui se trompe souvent de route. »

« Dans le sommeil, ce voyage aventureux de tous les soirs, il y a quelque chose de positivement miraculeux ; c’est un miracle dont la ponctualité a émoussé le mystère. »

C’est aussi l’idéal inaccessible, tel dans À une passante. Éternité d’un moment éphémère. Le dernier vers marque une invocation. L’avant-dernier vers fait écho par un chiasme au croisement des chemins :

« Car *j*’ignoretu fuis, tu ne sais où *je* vais. »

Or Éris se trouve à la croisée des chemins, elle indique un passage…

Coups du sort de Éris : Jugeant la vie de l’adolescent « scandaleuse » et désirant l’assagir, son beau-père le fait embarquer pour Calcutta. Le Paquebot des Mers du Sud quitte Bordeaux le 9 ou 10 juin. Mais en septembre, un naufrage abrège le périple aux îles Mascareignes (Maurice et La Réunion). On ignore si Baudelaire poursuit son voyage jusqu’aux Indes, de même que la façon dont il est rapatrié.

La rencontre avec la fée des carrefours. De retour à Paris, Charles s’éprend de Jeanne Duval, une « jeune mulâtresse » avec laquelle il connaîtra les charmes et les amertumes de la passion. Leur rencontre se situe entre le 9 avril et le 27 mai 1842 (Éris transit 28°45’ Verseau, vers le 10 mai 1842, en semi-sextile exact à Pluton natal 28° 45’ Poissons). Dandy endetté, il est placé sous tutelle judiciaire et mène dès cette année-là une vie dissolue.

L’imagination est pour lui « la reine des facultés ». En fait, elle substitue « une traduction légendaire de la vie extérieure »; à l’action, le rêve.

Baudelaire sublime la sensibilité et cherche à atteindre la vérité essentielle, la vérité humaine de l’Univers.

*

Lors d’une visite à l’église Saint-Loup de Namur en Belgique, Baudelaire perd connaissance. Cet effondrement est suivi de troubles cérébraux, en particulier d’aphasie. À partir de mars 1866, il souffre d’hémiplégie. En juillet 1866, on le ramène à Paris. Il est aussitôt admis dans la maison de santé du docteur Guillaume Émile Duval (1825-1899), aliéniste réputé. L’établissement se situe 1 rue du Dôme, près de l’Arc de triomphe de l’Étoile. C’est là qu’il meurt, rongé par la syphilis, le 31 août 1867, à onze heures du matin. Éris 10° 03’R Poissons est en conjonction exacte à la pointe de la maison VII 10° 02’ Poissons, opposé à l’AS Vierge.

Carmela Di Martine

9 avril 2017

*

. Frontispice de l’épreuve de 1857 des Fleurs du mal annotée de la main de Charles Baudelaire 

(Par Charles Baudelaire — Cette image provient de la Bibliothèque en ligne Gallica et est d’identifiant btv1b86108314/f23

Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3753636

Sources :

. https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Baudelaire

. https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_Duval

. Photo : Par Étienne Carjat — Source of original: Gaston Schéfer (ed.), Galerie contemporaine littéraire, artistique (Paris, 1876-84), vol. 3 part 1British Library: Image; Metadata, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=23531150

Carte astrale AUREAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *